MEDITER L'EVANGILE 2ème semaine

"pour vivre le carême intensément"

groupe  ombre

Un support pour prier

La rencontre dans les maisons pour partager les joies et les attentes qui sont présentes dans le cœur de chaque personne est une véritable expérience de l’évangélisation, très similaire à ce qui est arrivé dans les premiers jours de l’Église. »

                                                                                    Pape François

Un GFK..... Familial ?

Lancés durant le Carême 2019 dans la dynamique du synode diocésain, les GFK  Groupes Fraternels de Carême sont un moyen formidable pour vivre le Carême intensément.  Les évènements actuels nous obligent à les annuler, mais nous vous proposons le contenu des rencontres qui peut constituer en famille un soutien dans notre démarche de conversion, un temps de prière et de partage sur ce qui fait le cœur de notre vie : la foi en Jésus Christ, sauveur.

Cette année, le thème est un chemin baptismal en suivant les textes d’Évangile des dimanches de Carême : Jésus et la Samaritaine, la guérison de l’aveugle de naissance, le retour à la vie de Lazare, la mort et la résurrection de Jésus.

groupe illustration

Pour vivre un chemin privilégié vers Pâques,

nous vous proposons de prier à partir de la fiche de la 2ème rencontre prévue pour les GFK.

Jésus et l'Aveugle de naissance

          1 - Prière de louange

             

               Chant : Vivons en enfant de lumière

                       1-  L´heure est venue de l´exode nouveau !
                            Voici le temps de renaître d´en-haut !
                            Quarante jours avant la Pâque,
                            Vous commencez l´ultime étape !
                            Vivons en enfants de lumière
                            Sur les chemins où l'Esprit nous conduit :
                           Que vive en nous le nom du Père !
                       2- L´heure est venue de sortir du sommeil !
                            Voici le temps de l´appel au désert !
                            Allez où va le Fils de l´homme.
                            La joie de Dieu sur lui repose.
                       3- L´heure est venue de grandir dans la foi !
                           Voici le temps de la faim, de la soif !
                           Gardez confiance, ouvrez le livre.
                          Voici le pain, voici l´eau vive !
                       4- L'heure est venue d'affermir votre cœur !
                           Voici le temps d'espérer le Seigneur !
                           Il est tout près, il vous appelle.
                           Il vous promet la vie nouvelle !

              Psaume 26

              Chante, ô mon âme, la louange du Seigneur !

              02 Je veux louer le Seigneur tant que je vis, chanter mes hymnes pour mon Dieu tant que je dure.

              03 Ne comptez pas sur les puissants, des fils d'homme qui ne peuvent sauver !

               04 Leur souffle s'en va : ils retournent à la terre ; et ce jour-là, périssent leurs projets.

               05 Heureux qui s'appuie sur le Dieu de Jacob qui met son espoir dans le Seigneur son Dieu,

               06 lui qui a fait le ciel et la terre et la mer et tout ce qu'ils renferment !  Il garde à jamais sa fidélité,

               07 il fait justice aux opprimés ; aux affamés, il donne le pain ; le Seigneur délie les enchaînés.

               08 Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles, le Seigneur redresse les accablés, le Seigneur aime les justes,

               09 le Seigneur protège l'étranger. Il soutient la veuve et l'orphelin, il égare les pas du méchant.

              10 D'âge en âge, le Seigneur régnera : ton Dieu, ô Sion, pour toujours !

            2- Partage :

               Chacun se présente brièvement et dit un mot sur sa vie de foi.

           3-  Échange sur le texte suivant.

                                           Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jean 9, 1-13.24-41)

01 En ce temps-là, en sortant du Temple, Jésus vit sur son passage un homme aveugle de naissance. 02 Ses disciples l’interrogèrent : « Rabbi, qui a péché, lui ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ? » 03 Jésus répondit : « Ni lui, ni ses parents n’ont péché. Mais c’était pour que les œuvres de Dieu se manifestent en lui. 04 Il nous faut travailler aux œuvres de Celui qui m’a envoyé, tant qu’il fait jour ; la nuit vient où personne ne pourra plus y travailler. 05 Aussi longtemps que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. » 06 Cela dit, il cracha à terre et, avec la salive, il fit de la boue ; puis il appliqua la boue sur les yeux de l’aveugle, 07 et lui dit : « Va te laver à la piscine de Siloé » – ce nom se traduit : Envoyé. L’aveugle y alla donc, et il se lava ; quand il revint, il voyait.

08 Ses voisins, et ceux qui l’avaient observé auparavant – car il était mendiant – dirent alors : « N’est-ce pas celui qui se tenait là pour mendier ? » 09 Les uns disaient : « C’est lui. » Les autres disaient : « Pas du tout, c’est quelqu’un qui lui ressemble. » Mais lui disait : « C’est bien moi. » 10 Et on lui demandait : « Alors, comment tes yeux se sont-ils ouverts ? » 11 Il répondit : « L’homme qu’on appelle Jésus a fait de la boue, il me l’a appliquée sur les yeux et il m’a dit : “Va à Siloé et lave-toi.” J’y suis donc allé et je me suis lavé ; alors, j’ai vu. » 12 Ils lui dirent : « Et lui, où est-il ? » Il répondit : « Je ne sais pas. » […]

24 Les pharisiens convoquèrent l’homme qui avait été aveugle, et ils lui dirent : « Rends gloire à Dieu ! Nous savons, nous, que cet homme est un pécheur. »25 Il répondit : « Est-ce un pécheur ? Je n’en sais rien. Mais il y a une chose que je sais : j’étais aveugle, et à présent je vois. » 26 Ils lui dirent alors : « Comment a-t-il fait pour t’ouvrir les yeux ? » 27 Il leur répondit : « Je vous l’ai déjà dit, et vous n’avez pas écouté. Pourquoi voulez-vous m’entendre encore une fois ? Serait-ce que vous voulez, vous aussi, devenir ses disciples ? » 28 Ils se mirent à l’injurier : « C’est toi qui es son disciple ; nous, c’est de Moïse que nous sommes les disciples. 29 Nous savons que Dieu a parlé à Moïse ; mais celui-là, nous ne savons pas d’où il est. » 30 L’homme leur répondit : « Voilà bien ce qui est étonnant ! Vous ne savez pas d’où il est, et pourtant il m’a ouvert les yeux. 31 Dieu, nous le savons, n’exauce pas les pécheurs, mais si quelqu’un l’honore et fait sa volonté, il l’exauce. 32 Jamais encore on n’avait entendu dire que quelqu’un ait ouvert les yeux à un aveugle de naissance. 33 Si lui n’était pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. » 34 Ils répliquèrent : « Tu es tout entier dans le péché depuis ta naissance, et tu nous fais la leçon ? » Et ils le jetèrent dehors.

35 Jésus apprit qu’ils l’avaient jeté dehors. Il le retrouva et lui dit : « Crois-tu au Fils de l’homme ? » 36 Il répondit : « Et qui est-il, Seigneur, pour que je croie en lui ? » 37 Jésus lui dit : « Tu le vois, et c’est lui qui te parle. » 38 Il dit : « Je crois, Seigneur ! » Et il se prosterna devant lui. 39 Jésus dit alors : « Je suis venu en ce monde pour rendre un jugement : que ceux qui ne voient pas puissent voir, et que ceux qui voient deviennent aveugles. » 40 Parmi les pharisiens, ceux qui étaient avec lui entendirent ces paroles et lui dirent : « Serions-nous aveugles, nous aussi ? »

41 Jésus leur répondit : « Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché ; mais du moment que vous dites : “Nous voyons !”, votre péché demeure. »

 

 Questions :

  1. Versets 1 à 5 : Quelle est ma réaction face au handicap et à la maladie ? Comment est-ce que je comprends et accueille les explications de Jésus à ses disciples ?
  2. Versets 6 et 7 : Que pensez-vous des signes et des paroles posés par Jésus envers l’aveugle ? Quels sont les signes et les paroles qui me marquent dans la célébration des sacrements de l’Église ? Comment m’aident-ils à progresser dans la profession de ma foi en Jésus ?
  3. Versets 24 à 38 : L’aveugle est guéri et va professer sa foi en Jésus mais cela déclenche hostilité et défiance. Ai-je connu de telles réactions vis-à-vis de moi-même ou d’autres personnes venues à la foi chrétienne ?
  4. Versets 39 à 41 : Jésus semble affirmer que les pharisiens deviennent aveugles : comment comprendre ?
    Quels sont nos aveuglements ? Comment la foi transforme-t-elle ma façon de voir ?

             

                  4- Temps de silence

                     Chacun rédige pour soi une résolution à la suite de la discussion.

                5- Prière finale :

                       Intentions de prière partagées et Notre Père.

 

 

Secteur pastoral GFK - Groupes fraternels de Carême 2020

Saint-Amand / Notre-Dame de Salut

ECLAIRAGE

JESUS ET L’AVEUGLE DE NAISSANCE

 

Souvent Jésus demande aux malades de croire. Il se sert de signes pour guérir : salive et imposition des mains, boue et ablution. Les malades cherchent à le toucher « car une force sortait de lui qui les guérissait tous » (Lc 6, 19). Ainsi, dans les sacrements, le Christ continue à nous « toucher » pour nous guérir. (Catéchisme de l’Église catholique, 1504)

Le « Fils de l’homme » qui juge s’identifie avec ceux qui ont faim et soif, avec les étrangers, avec ceux qui sont nus, malades ou prisonniers, bref avec tous ceux qui souffrent dans le monde, et qualifie le comportement à leur égard de comportement à son égard à lui. Ce n’est pas une fiction du juge universel inventée après coup. En devenant homme, il a opéré cette identification jusqu’au détail le plus concret. Il est celui qui n’a ni bien ni patrie, celui qui n’a pas où reposer sa tête (cf. Mt 8, 20 ; Lc 9, 58). Il est le prisonnier, l’accusé, et il meurt nu sur la croix. L’identification du Fils de l’homme jugeant les nations avec les malheureux de toutes sortes présuppose l’identification du Juge avec le Jésus terrestre et montre l’unité interne entre la croix et la gloire, de l’existence terrestre dans l’humilité et du pouvoir futur de juger le monde. Il n’y a qu’un seul Fils de l’homme et c’est Jésus. Cette identité nous montre le chemin, nous montre la norme à l’aune de laquelle notre vie, un jour, sera jugée. (Joseph Ratzinger Benoît XVI, Jésus de Nazareth, Flammarion 2007, pages 356-357).

Le Verbe fait chair est venu non pas pour juger l’homme, mais pour l’amener à la lumière et au salut. Cependant, ses paroles obligent l’homme à prendre position, à faire un choix, à l’accepter ou à le refuser, à l’accueillir ou à se fermer à la Parole. C’est la décision de la foi.

Ceux qui croient qu’ils sont « aveugles » sont les humbles et les petits qui comme l’aveugle-né obtiennent la lumière de la vie. Ceux qui sont sûrs qu’ils « voient » et qu’ils savent tout des choses de Dieu sont les autosuffisants, ceux qui mettent leur foi en eux-mêmes et se fient à leurs seules ressources humaines, à leurs seules forces personnelles. Jésus dit qu’ils « deviennent aveugles », tout en les invitant à s’ouvrir à sa parole.

Devant Jésus tout être doit faire son option pour la vie ou pour la mort, pour une renaissance ou pour une cécité spirituelles.

Les paroles de Jésus paraissent dures aux pharisiens qui comprennent qu’il parle d’eux. « Serions-nous des aveugles, nous aussi ? » Le Maître leur rappelle qu’ils doivent prendre conscience de leur péché de refus et s’ouvrir à la lumière de sa révélation, à la lumière de la vérité. Leur refus de s’ouvrir au Christ-lumière les place dans le camp des aveugles, eux qui prétendent voir. Leur péché consiste à ne pas croire en Jésus et en sa révélation faite au nom du Père, à refuser la lumière de l’Esprit.

Cet aveugle, c’est nous. Nous sommes tous des aveugles-nés. Jésus veut nous faire accéder à une autre réalité, plus vraie, plus profonde, il veut que nous ayons une autre vision de la vie et du monde, des relations de l’homme avec Dieu et avec les autres humains. Seule la foi nous permet d’avoir des « yeux » qui voient l’invisible (He 11, 27), qui voient différemment et le monde de Dieu et le monde des hommes. Elle met au cœur de nos existences celui qui est la « lumière du monde », et nous permet de relire nos vies à sa clarté. Suivre Jésus, c’est voir différemment.

(Robert de LUSSY, Évangile selon Saint Jean, commentaire pastoral, Aquiprint, Bruges 2015, pages 97-98).